Gestion du risque environnemental et social


Un avenir prometteur pour BMO et nos clients dépend de la durabilité de l’environnement, des collectivités et des économies dans lesquels nos clients et nous exerçons nos activités. À cette fin, nous cherchons à déterminer, à gérer et à atténuer l’impact des risques environnementaux et sociaux sur l’environnement commercial dans lequel nous exerçons nos activités, sur nos clients, sur nos portefeuilles et sur nos activités, contribuant ainsi à un avenir durable.


Risque environnemental et social

Le risque environnemental et social correspond au risque de perte ou de préjudice, direct ou indirect, découlant de répercussions ou de préoccupations environnementales et sociales, y compris les changements climatiques liés à BMO, à nos clients ou à nos fournisseurs, et de notre incidence sur l’environnement et sur la société. Les facteurs environnementaux et sociaux qui pourraient donner lieu à un risque du fait de leur incidence directe ou indirecte, à court ou à long terme, sont notamment les suivants :

  • Changements climatiques
  • Pollution et déchets
  • Utilisation de l’énergie, de l’eau et d’autres ressources
  • Biodiversité et utilisation des terres
  • Droits de la personne
  • Diversité, équité et inclusion
  • Normes du travail
  • Santé et sécurité des collectivités
  • Acquisition de terrains et réinstallations forcées
  • Droits et consultation des peuples autochtones
  • Héritage culturel

Nous pouvons être indirectement exposés au risque de pertes financières ou à des atteintes à notre réputation si nos clients ou nos fournisseurs sont exposés au risque environnemental et social. Notre approche en matière de gestion du risque environnemental et social fait partie de notre cadre de gestion globale des risques.

Les équipes Gestion globale des risques et du portefeuille et Durabilité collaborent avec les secteurs d’activité et les Services d’entreprise pour gérer le risque environnemental et social de BMO et atteindre nos objectifs de durabilité. Il faut pour cela intégrer les risques environnementaux et sociaux à nos processus opérationnels et commerciaux de prise de décision, incluant les activités de financement et d’octroi de crédit ainsi que l’approvisionnement en produits et services. Nous rendons régulièrement compte à divers comités de gestion, forums et comités du Conseil d’administration des principaux développements concernant la durabilité et les changements climatiques.

L’Audit interne évalue de manière indépendante la qualité et l’efficacité des systèmes et des processus de contrôle interne, de gestion des risques et de gouvernance au sein de BMO au moyen d’un plan dynamique fondé sur le risque. Les résultats de la vérification sont régulièrement communiqués à la direction. Chaque trimestre, l’auditeur en chef communique au Comité d’audit et de révision les résultats ainsi que les principaux thèmes, tendances et points de vue sur les questions de nature critique pour la Banque.


Octroi de crédit responsable

BMO tient compte des facteurs environnementaux, sociaux et de gouvernance (ESG) lors de la prise de décisions et du déroulement des activités relatives au financement et à l’octroi de crédit. Nous avons des lignes directrices de financement sectorielles pour nous aider à cerner les enjeux environnementaux et sociaux dans les secteurs à risque plus élevé, qui requièrent une diligence raisonnable accrue, des transmissions hiérarchiques et des processus d’exception.

Notre directive de financement Gestion du risque environnemental et social donne des orientations générales à suivre pour déterminer, évaluer et gérer le risque environnemental et social dans le contexte des processus de prise de décision en matière de risque de crédit. Notre cadre de gestion globale des risques et notre cadre de gestion du risque de crédit précisent notre gouvernance et nos responsabilités ainsi que nos processus améliorés en matière de diligence raisonnable, de transmission hiérarchique et d’exception. Nous avons établi des lignes directrices de financement sectorielles pour nous aider à cerner et à gérer les enjeux environnementaux et sociaux dans les secteurs à risque plus élevé et à déterminer comment en tenir compte dans notre prise de décision. Les exigences environnementales et sociales prévues dans les ententes liées aux transactions sont contrôlées par les secteurs d’activité dans le cadre de notre processus général de surveillance.

Les secteurs et les activités à risque plus élevé font l’objet d’une diligence raisonnable accrue, de transmissions hiérarchiques et de processus d’exception. Il est possible d’en référer au Comité de gestion du risque de réputation de BMO pour les transactions liées à des questions importantes sur le plan environnemental ou social. Des restrictions ont été établies quant à l’octroi de crédit aux entreprises qui vendent des armes à feu, des munitions ou des armes interdites par les traités internationaux en vigueur de contrôle des armes ou qui transfèrent du matériel militaire ou civil à des fins militaires ou de sécurité interne, ou dont les activités commerciales touchent des sites du patrimoine mondial de l’UNESCO ou des forêts de haute valeur pour la conservation. La Banque a l’intention d’éviter le financement direct de tout projet ou de toute transaction qui comprend l’exploration ou la mise en valeur dans le Refuge faunique national de l’Arctique. En 2021, nous avons adopté une Déclaration sur les prêts liés au charbon qui expose notre approche d’octroi de crédit pour les transactions liées au charbon thermique par le truchement des Services bancaires aux grandes entreprises et des Services bancaires aux sociétés de BMO.

Nous faisons le suivi et rendons compte du crédit octroyé à des actifs liés au carbone et mettons en œuvre les processus de quantification des émissions financées et d’établissement des cibles établis par le Partnership for Carbon Accounting Financials (PCAF) et l’alliance bancaire Net Zéro (NZBA), ainsi que des transactions relevant du champ d’application des Principes de l’Équateur.


Rapports selon les Principes de l’Équateur

BMO est, depuis 2005, un signataire des Principes de l’Équateur, un cadre de gestion du risque servant à déterminer, à évaluer et à gérer le risque environnemental et social inhérent aux transactions qui entrent dans leur champ d’application. BMO a renouvelé son engagement à l’égard de ces principes en 2006 et en 2012.

Notre rapport sur les Principes de l’Équateur pour 2021 se trouve dans notre Sommaire des données du Rapport de durabilité et glossaire de 2021.  Pour les rapports des exercices 2011 à 2020, veuillez consulter la section Archives : Rapports annuels de la page Rapports.


Gérance environnementale

Durabilité opérationnelle

Carboneutre depuis 2010, BMO s’emploie à trouver des moyens novateurs de réduire au minimum l’impact environnemental de ses activités.

En savoir plus